A la découverte de la conserverie Ferrigno

C’est en 1920 que Dominique Ferrigno quitte la côte amalfitaine en Italie, avec son bateau de pêche et part pour l’Algérie alors colonie française. Cinq enfants vont prendre la suite en 1945, avec la création de la première conserverie à Courbet Marine, puis une autre à Dellys. A l’indépendance de l’Algérie, ils partent pour Marseille.

En 1962, c’est la création, à Port-St-Louis-du-Rhône, à mi-distance de Sète et de Marseille, de la conserverie de sardines et de son propre armement de pêche. Enfin en 1998, la gamme se diversifie avec la préparation de plats cuisinés (soupe de poissons, bouillabaisse, daube de thon, rouille etc…) Authenticité mais aussi originalité. Joël Robuchon, maître cuisinier de France a sélectionné pour la marque Reflets de France, la soupe de poissons et la bouillabaisse. Naissance en 2010 de la gamme « Les Belles de Marseille », puis de la gamme « La Bonne Mer » en 2016. Ces dernières gammes font la joie des collectionneurs de boîtes de sardines, les fameux clupéidophiles.

C’est aujourd’hui l’unique conserverie de poisson de la Méditerranée en France, un trésor à protéger, des recettes originales à déguster. Sardines Pirates prend toujours le soin de goûter les nouveautés et les dernières recettes de conserves de sardines à la pissaladière, à la ratatouille et au citron confit sont vraiment exceptionnelles. Il s’agit là de sardines garanties sans friture, elles sont cuites au four et sont ainsi plus légères et plus digestes.

C’est aussi l’occasion de retrouver « Le gendarmes de Saint-Tropez » en couverture des boîtes. Les images utilisées par la conserverie Ferrigno sont d’ailleurs toujours assez amusantes et colorées, une façon de rajouter du plaisir à nos repas et surtout du soleil.

Enfin, vous pouvez aussi visiter la conserverie Ferrigno en groupe et découvrir les préparations de ses plats lors de visites guidées qui sont organisées de juillet à août (contacter l’office du tourisme).

 

« La Recette Corse », les sardines et les meilleures saveurs de l’île de Beauté.

« La Recette Corse », de REGINA DI MARE, vous propose des conserves de sardines aromatisées avec des produits du terroir corse. Imaginées par Philippe Ré qui est un fin cuisinier, ces recettes ensoleillées élaborées avec le plus grand soin, offrent nouveauté  et  originalité.  Les sardines sont d’origine Atlantique Centre Est, mais la recette et les produits sont bien totalement corses.
« La richesse culinaire de la Corse nous a permis d’imaginer des recettes inédites et des associations subtiles.  « La Recette Corse », c’est la volonté de mettre en valeur le travail des producteurs insulaires. Nous garantissons la provenance et la qualité des ingrédients utilisés. Tout d’abord, il s’agit de sardines pêchées dans l’Atlantique (la zone de pêche est clairement indiquée sur la boite) mais préparées avec des recettes corses. »
Composées d’ingrédients soigneusement sélectionnés auprès d’artisans et producteurs de l’île, La Recette Corse propose : des sardines au cédrat du Cap Corse, des sardines à la népita, des sardines aux herbes du maquis et des sardines au pastis Dami ou des sardines à l’eau minérale corse Zilia.
Les sardines au cédrat du Cap Corse (fruit endémique de l’île)  sont surprenantes, avec un goût doux et sucré. Sur le dessus des sardines se trouvent des lamelles de cédrat confit.
La népita sauvage est une herbe très appréciée pour ses parfums poivrés et mentholés.
Pour Philippe Ré, « un bon produit est le résultat d’une alchimie originale, qui combine à la fois les vertus de son lieu d’origine et ses conditions de fabrication. Grâce à son terroir si particulier et au savoir-faire ancestral de ses producteurs, la Corse a su révéler des produits de qualité ».
Sardines Pirates aime travailler avec un homme comme Philippe Ré. Cette volonté de mettre en valeur les produits de l’île nous a séduit. La qualité de son travail est à découvrir sans attendre sur notre site, elles feront assurément le bonheur des gourmets.

 

 

 

Le Cédrat Corse est un fruit endémique

 

 

Mieux connaître les algues.

Sardines Pirates souhaite mettre en avant les algues alimentaires. Ce n’est qu’un début et celles-ci vont prendre de plus en plus de place dans nos assiettes, il faut donc s’intéresser au plus vite à ces algues qui contiennent de nombreuses substances bénéfiques pour notre organisme. Elles peuvent être mangées crues ou déshydratées, en paillettes, à saupoudrer sur les salades composées, des préparations, ou accompagner des plats de poisson, des soupes, des omelettes, être mangées sous forme de caviar.
Voici la liste des principales algues alimentaires : aonori, chondrus, dulse, fucus, haricots de mer, kombu, laitue de mer, salicorne, wakamé.
Sardines Pirates a découvert une étonnante algocultrice au pays Bigouden, Scarlette Le Corre, patron pêcheur au Guilvinec. Elle cultive, récolte et transforme les algues alimentaires depuis plus de 20 ans. En récoltant elle-même les algues au bon stade de croissance pour conserver le maximum de valeurs nutritives, elles les travaille aussitôt dans son laboratoire.
Depuis sa rencontre avec Scarlette Le Corre, Sardines Pirates propose l’algue nori. C’est une macro-algue, très riche en protéines (35 à 50 %). Idéal pour ceux qui ne consomment pas d’aliments animaux, mais aussi pour tout le monde car elle renferme une quantité de fer non négligeable. Elle affiche aussi de bonnes teneurs en manganèse et en bêta carotène. Nous proposons aussi de découvrir sa bisque de tourteaux au wakamé.
D’autres conserveries proposent des recettes de sardines accompagnées d’algues et c’est un vrai délice. Jean Burel et ses sardines à la wakamé et huile d’olive, Groix et Nature et ses sardines à l’huile d’algues et aux haricots de mer, La Quiberonnaise et ses sardines au beurre Bordier aux algues.
Pour ceux qui aiment cuisiner, Scarlette Le Corre a aussi écrit un livre de recettes qui aidera tous ceux qui veulent se lancer dans la découverte des algues alimentaires, à retrouver sur site de sardines Pirates.

 

Le tour des conserveries de Bretagne.

Les vacances sont propices pour faire le tour de nos distributeurs. Aujourd’hui, nous sommes à Saint-Guénolé, au nord de la Pointe de Penmarc’h. Ce petit port de pêche en pays Bigouden est le cinquième port de pêche de France en tonnage. Un paysage très surprenant, pas d’arbre et beaucoup de constructions industrielles. C’est pourtant très agréable de si promener, le long des gros rochers ou d’assister à l’arrivée du poisson, de respirer cet air iodé ou d’être fouetté par le vent.

Deux conserveries ont retenues l’attention de Sardines Pirates, La Compagnie Bretonne du Poisson et Océane Alimentaire.
La Compagnie Bretonne, déjà citée dans notre article du 14 août dernier, perpétue un savoir-faire familial du travail du poisson issu de 3 générations. Une très belle qualité de poisson, de très belles boîtes dont une édition limitée par an de sardines millésimées pour nos amis collectionneurs.
Océane Alimentaire, est une conserverie artisanale de grande qualité. Gilles Le Guen et sa compagne Marie Queffelec débutent avec un petit autoclave acheté d’occasion et mettent au point des recettes dans une pièce annexe à leur maison. La commercialisation des produits commence à toute petite échelle, sur les marchés locaux tous les matins. Aujourd’hui, Océane Alimentaire produit de nombreuses conserves de poissons frais avec des ingrédients issus de l’agriculture biologique. Le travail ne se fait que dans le respect de la saisonnalité et la production est assez limitée, mais quel plaisir pour le client.
Et pour ceux qui auront la chance d’aller découvrir ce superbe port de pêche, nous conseillons un très bon restaurant qui possède une superbe vue sur l’océan, il s’agit du restaurant « Les Rochers ». Avec une cuisine gastronomique et gourmande basée sur des produits frais et de saison, travaillés selon les arrivages et produits de la pêche du jour.

D’autres produits régionaux sont à découvrir sur place. Bon voyage !

Capture d’écran 2019-09-09 à 16.34.32  Capture d’écran 2019-09-09 à 16.35.02Capture d’écran 2019-09-09 à 16.35.14  Capture d’écran 2019-09-09 à 16.38.21Capture d’écran 2019-09-09 à 16.34.46  Capture d’écran 2019-09-09 à 16.33.59

 

 

La conserverie Gonidec fête ses 60 ans

La conserverie Gonidec installée à Concarneau depuis 60 ans et trois générations, c’est l’histoire d’une famille qui perpétue un héritage « made in Breizh ». Aussi connue sous le nom de « Les Mouettes d’Arvor », la conserverie Gonidec s’approvisionne en poisson frais avec les pêcheurs locaux. Le seul changement en 60 ans de passion, c’est que le travail se fait dans un environnement plus moderne. L’ouverture en 1995 de la nouvelle usine et son agrandissement en 2011 a permis à la conserverie de passer aux normes européennes et d’améliorer les conditions de travail des salariés, de développer de nouveaux produits. L’avenir est tourné vers plus de qualité et la proposition de nouvelles recettes au goût du jour pour fidéliser les nouveaux clients. Leur attachement pour la mer, les poissons et la qualité peut-être résumé en une phrase : « partager le meilleur ».

Les fameuses boîtes de sardines de la Conserverie Gonidec ont traversé les époques en changeant de design mais en gardant leur forme. Beaucoup de clients les collectionnent car elles se déclinent sous diverses images depuis de nombreuses années. En 2019, la Conserverie Gonidec a voulu marquer les esprits avec un visuel drôle et décalé. Cette création originale exprime avec humour la relation de respect et de connivence qu’elle entretien avec la mer et ses petits poissons bleus. La conserverie aime le poisson dans tous les sens du terme : il est pêché dans le respect des règles et de l’environnement. Il est manipulé avec précaution et mis en boîte à la main, avec délicatesse…et dégusté dans différentes recettes. Avec une boîte millésimées, éditée en série limitée pour cet anniversaire, la sardine apparaît sous son meilleur profil et se tient prête à vous régaler. « Ça fait 60 ans qu’on nous met en boîte », une jolie boîte à collectionner et des sardines à déguster.

GonidecGonidec

Les avantages de la conserve de poisson.

Autrefois, le salage était la seule façon de conserver la sardine. Elle s étaient salées et pressées et c’est ainsi que les premières conserverie naquirent en Bretagne. Puis, on utilisa le procédé d’appertisation inventé en 1795, utilisant des récipients en verre, puis en fer blanc en 1810. Cette méthode permet de préserver les aliments qui se trouvent dans des récipients rendus étanches à l’air. C’est donc, par exemple, la meilleure façon de conserver le poisson car les boîtes sont chauffées à haute température, 110 à 120°, afin de détruire les micro-organismes pathogènes.

Les plus anciennes conserveries se trouvent en Bretagne et ce n’est pas un hasard car la proximité de la mer est essentielle pour garantir des produits frais. La Cornouaille regroupe en particulier les ports d’Audierne, Concarneau, Douarnenez, Le Guilvinec, Lesconil, Loctudy et Saint-Guénolé.

Premier port sardinier de France, Saint-Guénolé assure à La Compagnie Bretonne du poisson des approvisionnements de première qualité grâce à ce contact direct avec le milieu de la pêche. Leur qualité est garantie par un respect des saisons de pêche, une sélection rigoureuse du poisson, une préparation et un emboîtage « à la main ». Cette société indique aussi sur chaque boîte de thon blanc Germon et de foie de lotte le nom du bateau qui a pêché le poisson, et sur chaque boîte de sardines, le nom du bateau, le port de débarquement et l’année de millésime.

DSCN0260   La compagnie bretonne du poisson

La pêche durable et vous !

A chacun de devenir responsable.

Depuis 2014, la zone de capture et la technique de pêche doivent figurer sur les étiquettes de tous les produits de la mer, mais il faut aussi à prendre en compte les éléments suivants pour faire son choix :

L’espèce, le lieu et la période de pêche

Pour nous aider dans nos achats de poisson« durable », des ONG comme Greenpeace, le WWF ou Mr Goodfish éditent des guides, par exemple : https://www.greenpeace.fr/poissons-guide-de-consommation-responsable/

Il est recommandé de limiter au maximum sa consommation de thon rouge, raie, cabillaud, espadon, saumon de l’Atlantique, lotte ou poissons des grands fonds comme l’empereur, le flétan et le grenadier. Il faut également éviter les périodes de reproduction de chaque espèce et par exemple ne pas acheter de bar entre mi-mars et fin septembre. Il faut aussi privilégier les poissons de grande taille qui ont atteint leur maturité sexuelle.

Les modes de pêche

Les modes de pêche sont aussi à prendre en compte. Par exemple, Conservas Ortiz utilise la canne pour pêcher le thon et l’on considère que c’est un mode de pêche. La bolinche (filet tournant) déjà cité dans notre article du 4 juillet pour la conserverie jean de Luz, ainsi que les casiers sont aussi de bons modes de pêche durable. La pêche électrique et les filets maillants dérivants sont à bannir et interdits en Europe.

Que pensez de l’aquaculture ?

Est-ce une alternative à la surpêche. Le bar ou le saumon d’élevage sont nourris avec de la farine de poisson souvent à base d’anchois pêchés au Chili. L’utilisation d’antibiotiques n’est pas non plus la bonne solution et les fermes ont un impact négatif sur les écosystèmes.

Plusieurs labels garantissent un poisson issu de la pêche durable, comme le label MSC (Marine Stewardship Council), Friend of the sea, Naturland Wildfish ou le label bio pour l’aquaculture. A vous de faire le bon choix et de lire plus sur ce sujet.

Capture d’écran 2019-07-25 à 16.30.32

Retour au NoordZee

Bruxelles, nous retournons à notre fishbar préféré. Cette fois-ci, nous allons à celui situé à côté du parlement européen. On y rencontre les attachés parlementaires et les secrétaires et peu de touristes, mais là aussi, comme sur la place Sainte-Catherine, c’est un vrai plaisir de manger du poisson !
Des fritures, les croquettes de crevettes et des salades, du poisson frais, en particulier les fameux maatjes du mois de juin, ces petits harengs de saison, à ne pas manquer tant ils sont bons.

En savoir plus pour votre prochain voyage à Bruxelles :
http://noordzeemerdunord.be/?lang=fr

324  65  1

L’art, humour et produits de la mer

La Recette Corse, Regina di Mare , vient de  réaliser cette étonnante photo, remake d’une publicité de Salvador Dali pour le chocolat Lanvin. Un superbe clin d’œil à l’art contemporain, réalisé avec humour et associé aux conserves de sardines. D’autres artistes, plus ou moins connus, produisent de belles œuvres, éphémères ou pas, mais souvent amusantes, faisant passer des carottes pour des homards, des poissons pour des chirurgiens. N’hésitez pas à nous faire part de vos réalisations ou de vos trouvailles sur info@sardinespirates.com .

Retrouver Regina di Mare, la Recette Corse, sur notre site : https://www.sardinespirates.com/fr/112-regina-di-mare

Capture d’écran 2019-07-12 à 14.32.43 1351352506.1570692992.0fish

La conservation à l’ancienne des sardines

L’ancien ingénieur, Jean-Hilaire de Bailliencourt, a remis au goût du jour la méthode originelle et oubliée de la conservation par le séchage. Cette façon de faire permet de garder toutes les qualités gustatives  et nutritives des sardines. Il travaille avec des pêcheurs de sardines, les bolincheurs, qui utilisent un filet tournant qui préserve la qualité du poisson. Le choix se porte sur de grosses sardines qui sont laissées en saumure une heure avant d’être mises à sécher sur des grilles pendant 3 jours. Elles seront ensuite placées dans des verrines remplies d’huile d’olive vierge extra bio de Navarre. Qualité et traçabilité des produits, c’est la force de cette petite conserverie basque. A découvrir :

https://www.sardinespirates.com/fr/56-jean-de-luz

jdl001